Johanne Carron, Julien Debons et Jenny Brochellaz Xu, trois des membres du comité de la Fondation L’EssentiElles.

L’aventure a démarré en 2008 lors d’une discussion entre Johanne Carron, à l’époque travailleuse sociale dans le centre Au cœur des Grottes à Genève – un foyer qui recueille des femmes seules en situation précaire – et Jenny Brochellaz Xu, directrice dans un EMS. De cette conversation, une interrogation majeure surgit : En Valais, existe-t-il des organismes à l’écoute des victimes de violence domestique et capable de les prendre en charge?

Il existait à ce moment qu’une seule structure professionnelle en Valais à offrir un soutien aux victimes d’infraction pénale (la LAVI) et à faire face à une demande accrue de la part des victimes. C’est donc sur la base de ce constat que Jenny et Johanne se sont lancées le défi de créer un organisme professionnel spécialisé dans le soutien des victimes de violences domestiques.

Julien Debons, travailleur social, rejoindra la fondation par la suite et aidera le projet à se concrétiser. C’est finalement en 2011 que L’EssentiElles est officiellement créée et enregistrée au registre du commerce.

Aujourd’hui L’EssentiElles aide plus de 70 victimes par an. La fondation est désormais reconnue par l’état du Valais, et travaille en collaboration avec les différents centres et institutions du canton. Depuis sa création, L’EssentiElles œuvre de manière bénévole, soutenue par des dons privés et un soutien financier de l’état.